Accueil

Au milieu de nulle part, c'est bien là où je me sens le mieux ! Dans une forêt, sur un sentier, sur la montagne, un lieu qui respire et qui m'inspire, où je me sens libre.

Libre de penser, de rêver, là-haut, tout près des nuages épars laissant entrevoir un coin de ciel azuré où mon regard se fige.

Est-ce bien le ciel que je regarde ou serait-ce plutôt au cœur de mes entrailles que je puise toutes les ressources qui m'entraînent hors de la réalité ? C'est une pluie de songes qui déferlent et s'engouffrent dans une cascade à l'abri des regards indiscrets du temps qui passe. Une myriade de gouttes de vie qui surgissent de l'intérieur, un torrent gonflé d'un trop-plein d'envies et de soif qui abreuvent mes rêveries sans jamais se tarir. Elles voyagent çà et là et au-delà et ce n'est pas Demain qui stoppera net ce besoin perpétuel d'être au milieu de nulle part.

Libre d'écrire et de poétiser au gré de mes émotions, de mes rencontres, de mes coups de cœur et de photographier la vie végétale et animale, les paysages…

Quand l'homme n'aura plus de place pour la nature, peut-être la nature n'aura-t-elle plus de place pour l'homme. [Stefan Edberg]